CNPEAMEducation

MEMORANDUM POUR L’EDUCATION ARTISTIQUE

152Views

Voici listés les problèmes liés à l’exercice de l’éducation artistique, plastique et musicale.

La synergie des actions entre le Ministère de la Culture et celui de l’Education pour la revalorisation de l’Education artistique, plastique et musicale. La considération de la discipline dans toute sa valeur en tant que discipline transversale, englobante et encyclopédique, à la fois philosophique, littéraire et artistique, en un mot l’adhésion de la volonté politique de l’Etat. Les séquelles de l’ajustement structurel sont jusqu’à présent ressenties dans la discipline. Théoriquement très valorisée, surtout à l’élémentaire, l’Education artistique est minimisée sur le plan pratique alors qu’il peut régler beaucoup de problèmes interdisciplinaires ;

Le changement de la nomination de la discipline, ne plus l’appeler Dessin mais Education Artistique Plastique et Musicale ou Arts Plastiques et Musicales ;

La formation par l’Ecole Nationale des Arts (ENA) de suffisamment de professeurs d’éducation artistique, pour couvrir le territoire national, ainsi que le recrutement d’un personnel en nombre suffisant par l’éducation nationale;

La nomination d’un Inspecteur Général de l’Education et de la Formation (IGEF) en Education artistique, pour une représentation effective de la discipline dans toutes les instances de prise de décision ;

La mise sur pieds d’une Commission nationale pour l’éducation artistique pour la prise en charge des préoccupations de la discipline dans toutes les régions, aussi bien pour le BAC, le BFEM, le Concours Général sénégalais, que pour d’autres concours ;

L’élaboration d’un programme officiel actualisé et validé, accompagné d’un guide digne de la discipline ;

La réintégration de l’éducation artistique dans le Concours Général sénégalais ;

La revalorisation de l’éducation artistique, plastique et musicale par l’augmentation du coefficient à 2 et son passage à une discipline obligatoire ;

L’augmentation du crédit horaire à 2 heures pour la prise en charge de la totalité du programme dans les PHARES, sinon une grande partie de la pratique artistique ;

L’évaluation, la validation et la généralisation des PHARES dans toutes les régions du Sénégal ;

L’augmentation de la durée de l’épreuve d’éducation artistique au BFEM à 2 h, avec au moins 2 deux sujets au choix.

La mise à jour de la base de données des IA et IEF concernant les professeurs de leur zone afin de faciliter le travail aux formateurs et coordonnateurs de cellules; (sensibiliser davantage sur l’existence du SIMEN qui peine à cartographier les enseignants);

L’accompagnement financier par le Ministère, des formateurs, pour une visite de partage des PHARES dans les régions;

La prise en compte des notes d’éducation artistique au Bac dès le 1er tour pour l’augmentation des chances de réussite des candidats ;

La mise sur pied d’un Bac artistique pour l’intégration directe à l’ENA, sans une perte de temps à faire le circuit long des études classiques, qui ne débouchent pas forcément sur un métier ;

Le paiement de la feuille à 500 FCFA pour la correction au BAC, comme dans toutes les autres disciplines.

La Présidente

Le Secrétaire Administratif

cnpaeam
the authorcnpaeam

Laisser un commentaire